* * * LE SITE DE LUTTE CONTRE L’INJUSTICE * * * (Avec le criminaliste Roger-Marc Moreau)
Page d'Accueil du site Principal Site Principal
Page d'Accueil de l'ACTUALITE en relation avec Roger-Marc MOREAU Accueil
Plan Plan
Résumé Résumé
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
AFFAIRES MEDIATISEES  - SUITE ET EVOLUTION AFFAIRES MEDIATISEES - SUITE ET EVOLUTION
L’AVIS DE ROGER-MARC MOREAU L’AVIS DE ROGER-MARC MOREAU
PRESSE ECRITE PRESSE ECRITE
Site réalisé avec BioSPIP
Ce site est optimisé pour tous les navigateurs qui respectent les normes internet !
Retour à la page d'accueil  AFFAIRES MEDIATISEES - SUITE ET EVOLUTION

Contre-enquête judiciaire
ABDELKADER AZZIMANI & ABDERRAHIM EL JABRI DEVANT LA COMMISSION DE REVISION DES CONDAMNATIONS PENALES
Des martyrs du système judiciaire

mardi 26 juin 2012


 

Victimes d’une Justice indécente, appuyant son accusation sur des éléments farfelus et, en particulier, sur le témoignage fantaisiste d’un déséquilibré, Abdelkader Azzimani et Abderrahim el Jabri auront vécu l’enfer pendant plus de 15 ans !

Le 02 juillet 2012, la commission de révision des condamnations pénales va annoncer le renvoi de leur affaire devant la Cour de révision de la chambre criminelle de la Cour de cassation, ce sera un premier pas vers leur réhabilitation...

 

- VOIR CI-DESSOUS UN ARTICLE, DE LA JOURNALISTE MARIE-LAURE COMBES, PUBLIE le 18 juin 2012, SUR LE SITE DE LA RADIO "EUROPE 1" -

* * * * *

Deux hommes accusés à tort de meurtre ?

Par Marie-Laure Combes

Publié le 18 juin 2012 à 15h00 Mis à jour le 18 juin 2012 à 15h50

Condamnés pour un meurtre qu'ils ont toujours nié, Brahim El Jabri et Abdelkazer Azzimani pourraient être blanchis par la justice. Condamnés pour un meurtre qu’ils ont toujours nié, Brahim El Jabri et Abdelkazer Azzimani pourraient être blanchis par la justice. © MAXPPP

Condamnés pour un crime il y a 15 ans qu’ils ont toujours nié, ils pourraient être blanchis.

Ils ont déjà passé 12 et 14 ans derrière les barreaux. Ils n’ont pourtant jamais cessé de clamer leur innocence. Quinze ans après le meurtre sauvage pour lequel ils ont été condamnés, Brahim El Jabri et Abdelkazer Azzimani pourraient être rejugés par la Cour de révision. Le Point révèle lundi que l’avocate générale de la Commission de révision a déjà rendu "un avis favorable à la saisine de la Cour de révision, seule juridiction à pouvoir "casser" une condamnation".

En 1997, l’affaire avait secoué la petite ville de Lunel, dans l’Hérault. Le corps d’un homme de 22 ans avait été découvert lardé de 108 coups, portés par deux couteaux. Les enquêteurs avaient rapidement découvert que la victime, Abdelaziz Jhilal, "Azouz" pour les intimes, était en fait un dealer et avait pour habitude d’escroquer fournisseurs et clients.

Les derniers à avoir vu la victime vivante

Puis les gendarmes s’étaient tournés vers deux hommes, Albdelkader Azzimani et Abderrahim El Jabri, connus pour être grossistes en cannabis. Des écoutes avaient permis aux enquêteurs d’apprendre qu’ils avaient fourni 5 kilos de cannabis à Azouz, quelques heures avant sa mort.

Un témoin, qui vivait à quelques mètres du lieu du crime, avait d’ailleurs affirmé les avoir vus se disputer dans l’après-midi du meurtre. Un petit détail qui avait mis la puce à l’oreille des enquêteurs, puisque le médecin légiste affirmait que la mort a eu lieu vers 20h30. Mais ce témoin oculaire avait formellement reconnu les deux suspects.

Pas de mobile pour le crime

Après avoir purgé cinq ans de prison pour trafic de stupéfiants, Brahim El Jabri et Abdelkazer Azzimani avaient été jugés pour le meurtre. Devant les jurés, ils avaient détaillé la journée du 21 décembre 1997. Oui, ils ont bien fourni du cannabis à Azouz, mais non, ils ne l’ont pas tué. Quelle raison auraient-ils eu de la faire puisqu’ils attendaient que le jeune homme les paye ?

Mais les jurés en avaient décidé autrement. Ils les avaient déclarés coupables d’homicide et Brahim El Jabri et Abdelkazer Azzimani ont condamnés à 20 ans de prison. En appel, le tribunal ne les a plus reconnus coupables que de complicité d’homicide mais n’a pas changé la peine.

Une contre-enquête qui paie

En prison, Brahim El Jabri et Abdelkazer Azzimani ont continué de se battre pour prouver leur innocence. Ils ont même engagé le détective privé qui avait mené la contre-enquête sur Omar Raddad. Il a réussi à faire craquer le témoin. Puis des traces ADN retrouvées sur la scène de crime ont été analysées par le nouveau fichier national automatisé des empreintes génétiques. Bingo : elles correspondent à celles d’un manutentionnaire, Michel Boulma, condamné peu avant pour un petit trafic de drogue.

Michel Boulma reconnaît alors s’être trouvé sur les lieux du crime mais accuse un autre homme : Bouziane Helaili, qui dirigeait alors le centre de loisirs de Lunel. Ce dernier, jamais inquiété lors de l’enquête, reconnaît avoir donné quelques coups de couteau mais charge Boulma. Les deux hommes ont été mis en examen pour "assassinat" en mars 2011. Abderrahim El Jabri a été libéré en avril 2011. Abdelkader Azzimani avait, lui, bénéficié d’une remise en liberté conditionnelle dès 2009.

Septième erreur judiciaire reconnue ?

Si la Cour de révision accepte de rouvrir le dossier, elle reconnaîtrait ainsi la septième erreur judiciaire depuis la fin de la guerre. L’audience aura lieu à huis-clos et la décision devrait être mise en délibéré.

* * * * *

- VOIR NOTRE ARTICLE DU 19 JUILLET 2007, INTITULÉ "DEUX INNOCENTS EN PRISON !" -

- VOIR NOTRE BRÈVE DU 19 SEPTEMBRE 2007, INTITULÉE "AFFAIRE AZZIMANI - EL JABRI : MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS !" -

- VOIR NOTRE ARTICLE DU 27 AVRIL 2008, INTITULÉ "AFFAIRE AZZIMANI - EL JABRI - ROGER-MARC MOREAU A RECUEILLI UN NOUVEL ELEMENT CAPITAL DANS LE CADRE DE LA REQUETE EN REVISION" AVEC UN ARTICLE DU JOURNALISTE JEAN-MICHEL DECUGIS PUBLIÉ SUR LE POINT.FR LE 25 AVRIL 2008 -

- VOIR EGALEMENT NOTRE BRÈVE DU 31 JANVIER 2009, INTITULÉE, "SEPT A HUIT - L’AFFAIRE AZZIMANI / EL JABRI" -

- VOIR ENCORE NOTRE ARTICLE DU 19 MARS 2011, INTITULÉ "ILS ETAIENT INNOCENTS !" -

- VOIR ENFIN NOTRE BREVE DU 26 avril 2011, INTITULÉE "CONDAMNE A TORT, APRES PLUS DE 13 ANNEES PASSEES DANS LES GEOLES DE LA REPUBLIQUE, ABDERRAHIM EL JABRI RETROUVE LA LIBERTE !" -

Document produit sous la Licence de Libre Diffusion des Documents - LLDD version 1

Répondre à cet article


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
- ILS ETAIENT INNOCENTS !
-

OLCAY YILMAZ ET SES COACCUSES ACQUITTES !


-ANGOULÊME : FRANCK CONJEAUD OFFICIELLEMENT INNOCENTÉ (avec le reportage de NON ELUCIDE diffusé sur FRANCE 2)
-ADAMA KAMARA : UN INNOCENT DE PLUS DANS LES GEOLES DE LA REPUBLIQUE ?
-COMPILATION DE BREVES
-SIX ANCIENS LYCEENS DE MACON RECLAMENT JUSTICE
-RETOUR SUR L’AFFAIRE CALERS - LEBLANC
-COMME ANNONCE DE LONGUE DATE : LE PROCES DE VILLIERS-LE-BEL SE TRANSFORME EN UN VERITABLE DESASTRE JUDICIAIRE !
-QUAND NOTRE JUSTICE MARCHE SUR LA TÊTE !
-AFFAIRE OLCAY YILMAZ


Précédent Haut de page Suivant
 admin  -  webmaster  -